Qui sommes-nous ?

Des passionnés de l'informatique parmi tant d'autres.

Parcours classique de l'autodidacte : début sur un Sinclair ZX81 avec la découverte du basic. Fidélité à Sinclair avec, ensuite, le Spectrum, le QL. Puis le fameux Amstrad. Et enfin le premier PC dit, à l'époque, compatible !

Une petite décennie plus tard, la découverte de l'Internet relance la passion en donnant à celle-ci une nouvelle jeunesse.

A cela, s'ajoute l'intérêt envers la gastronomie, la peinture, la photographie, etc. Beaucoup de ces centres d'intérêt ont été développés grâce aux cercles familial et d'amis.

Que proposons-nous ?

Depuis l'avènement du PC, nous avons développé un certain nombre de logiciels. Nous les mettons à votre disposition, gracieusement, sur un site spécifique.

La découverte dans des archives familiales d'une collection de recettes de cuisine, issue de magazines féminins des années 1950 à 1990, nous a donné l'idée de créer un site Internet dédié à notre logiciel Toque Blanche.

Des acryliques, aquarelles, huiles, pastels, des photos : exposition, sans prétention, d'œuvres familiales et d'amis.

De nouveaux fonds d'écran mis en ligne le 1/11/2008 !
Vous et nous !
Vous souhaitez :
  • participer à la vie de ce site : contactez-nous,
  • mémoriser notre site dans vos favoris (ne fonctionne qu'avec Internet Explorer).

La zone privée c'est quoi ?

Zone privée
Vous êtes un membre de la famille, un ami :
  • saisissez ci-contre vos login et password,
  • vous avez égaré vos login et password : écrivez-nous,
  • vous n'êtes pas encore en possession de vos login et password : faites-nous en la demande.
Du colloque TI

... aux filles extraordinaires, Paris était merveilleux

J’adore le rapport que les français ont avec les nouvelles technologies. Savez-vous comment ils appellent leurs colloques TI ? Des salons TI ! Des salons ! C’est pas tout le raffinement parisien résumé en un mot, ça ? Frédéric avait bien résumé notre programme français pour l’Agora CMS et le BIM World : « Les gars, en France, ce sera : cuisine française, salon, et boudoir ! »

Avec mes collègues Guillaume et Frédéric, on est allé ensemble à pas mal de colloques sur les technologies de l’information, et c’est sûr qu’on aime ça, même si des fois, on revoit ici ce qu’on avait déjà vu là. En plus, ce mois-là avait été particulièrement chargé : j’avais assisté à 2 colloques et 1 séminaire, et en plus, en l’absence du boss, j’avais présenté notre logiciel de traitement des données répertoriées en simultané sur les réseaux sociaux et sur les chaines d’info continue d’abord au sein de l’entreprise, puis il était prévu que je le présente le mois suivant au colloque de Ouarzazate, où il serait peut-être choisi par un de nos clients les plus importants, une société basée à Dubai et en pleine expansion. La pression ! Autant dire que j’étais sur les nerfs et sur les rotules !

On a eu droit aux thèmes habituels, mais Guillaume a bien accroché sur les nouvelles pistes pour améliorer les taux de conversion, il trouvait l’approche prometteuse. A propos d’approche prometteuse, il y avait cette hôtesse absolument divine qui focalisait toute mon attention. Quand le conférencier a eu fini, Guillaume m’a demandé : « vraiment pas mal, hein ? » Ben moi, j’étais tellement crevé que j’ai cru qu’il parlait de la nana, alors je me suis levé sans réfléchir pour pas qu’il me la pique, parce qu’elle était superbe et qu’elle m’avait souri.

« Bonjour Mademoiselle, j’ai dit dans un état presque second, avec mes collègues, on ne connait pas la ville, vous êtes libres pour une visite ce soir ? » Oh non ! C’était sorti tout seul de ma bouche et en montrant Guillaume et Frédéric, j’ai vu qu’en fait, ils avaient vraiment accroché sur le ppt du mec et sur le développement du trafic ! Tant pis, j’étais lancé, il ne fallait pas se démonter, je lui ai fait un sourire et j’ai attendu qu’elle me réponde. Elle n’a pas été choquée, et ne m’a pas rabroué, au contraire, elle m’a dit : « Bien sûr, on ne va pas vous laisser en rade ! Je viens seule ou avec ma copine escort girl Paris ? » Je sais que Guillaume est fidèle, mais j’ai quand-même répondu : « Super ! T’en as pas deux, des copines, parce qu’on est trois ? »

On s’est donné rendez-vous au Trocadéro vers 20h, Ludivine, Elise, Tabatha et nous. Elles nous ont emmenés à la tour Eiffel, puis dans une boite sensationnelle où Martin Solveig mixait. Jamais rien vu d’aussi chaud que cette soirée ! On dira ce qu’on voudra, Paris n’a pas volé sa réputation…